AMINEPTINE CHLORHYDRATE

Introduction dans BIAM : 18/2/1992
Dernière mise à jour : 21/3/2000
Etat : validée

  • Identification de la substance
  • Propriétés Pharmacologiques
  • Mécanismes d'action
  • Effets Recherchés
  • Indications thérapeutiques
  • Effets secondaires
  • Effets sur la descendance
  • Pharmaco-Dépendance
  • Précautions d'emploi
  • Contre-Indications
  • Voies d'administration
  • Posologie & mode d'administration
  • Pharmaco-Cinétique
  • Bibliographie
  • Spécialités contenant la substance

    Identification de la substance

    Formule Chimique :
    ACIDE[(DIHYDRO-10,11 5H-DIBENZO[A,D]CYCLOHEPTENYL-5)AMINO]-7 HEPTANOIQUE CHLORHYDRATE

    Ensemble des dénominations


    CAS : 30272-08-3 autre dénomination : CHLORHYDRATE D'AMINEPTINE
    bordereau : 2439
    code expérimentation : S-1694
    rINNM : AMINEPTINE HYDROCHLORIDE

    Classes Chimiques

    • DIBENZOCYCLOHEPTENE

    Molécule(s) de base : AMINEPTINE

    Proprietés Pharmacologiques

    1. PSYCHOANALEPTIQUE (principale certaine)

    2. ANTIDEPRESSEUR (principale certaine)

    3. NOOANALEPTIQUE (à confirmer)

    Mécanismes d'action

    1. principal
      Probablement identique aux antidépresseurs tricycliques.
      Inhibiteur du recaptage de la noradrénaline , et surtout de la dopamine.
      Peu anticholinergique.
      Peu antihistaminique.

    Effets Recherchés

    1. ANTIDEPRESSEUR (principal)

    Indications Thérapeutiques

    1. DEPRESSION (principale)
      D'origine endogène, réactionnelle ou névrotique.

    Effets secondaires

    1. ACNE (CERTAIN )
      Forme iatrogène monstrueuse. La gravité des lésions semble proportionnelle à la dose. Traitement par isotrétinoïne :
      - Ann Dermatol Venereol 1988;115:1177-1179.
      Un cas d'acné sévère, à la suite de l'utilisation de doses fortes, neuf autres cas ont déjà été rapportés :
      - J Dermatol Treat 1994;5:143-144.
      Un cas chez une femme de 54 ans surdosée :
      - Int J Dermatol 1996;35:892-893.

    2. TOXICOMANIE (CERTAIN )
      - Prescrire 1990;10:199.
      - Therapie 1990;45:51.

    3. BOUFFEE VASOMOTRICE (CERTAIN TRES RARE)

    4. HYPOTENSION ARTERIELLE (CERTAIN TRES RARE)

    5. PALPITATION (CERTAIN TRES RARE)

    6. NAUSEE (CERTAIN TRES RARE)
      Peuvent précéder la survenue d'une hépatite.

    7. DOULEUR EPIGASTRIQUE (CERTAIN TRES RARE)
      Peuvent précéder la survenue d'une hépatite.

    8. DOULEUR ABDOMINALE (CERTAIN TRES RARE)
      Peuvent précéder la survenue d'une hépatite.

    9. PRURIT (CERTAIN TRES RARE)
      Dans le cadre d'une atteinte hépatique. Peut précéder l'ictère de 24 à 48 heures.

    10. TOXICITE HEPATIQUE (CERTAIN TRES RARE)
      Le plus souvent augmentation modérée et transitoire des enzymes hépatiques. Plusieurs cas d'hépatite ont été rapportés. Leur évolution a toujours été favorable à l'arrêt du médicament :
      - Presse Med 1980;9:3689-3692.
      - Sem Hop Paris 1981;57:1992-1996.
      Deux cas supplémentaires :
      - Hepatogastroenterology 1996;43-1015-1019.

    11. TRANSAMINASES(AUGMENTATION) (CERTAIN RARE)
      Augmentation le plus souvent modérée, isolée et transitoire.

    12. PHOSPHATASES ALCALINES(AUGMENTATION) (CERTAIN RARE)

    13. BILIRUBINEMIE(AUGMENTATION) (CERTAIN RARE)

    14. ICTERE (CERTAIN TRES RARE)
      Précédé d'une phase pré-ictérique (nausées, douleurs abdominales, fièvre et prurit), nécessite l'arrêt définitif du traitement.

    15. HEPATITE MIXTE (CERTAIN TRES RARE)
      Survient généralement entre le 15 ème et le 30 ème jour de traitement. Souvent précédée de douleurs abdominales parfois intenses, de nausées, de vomissements ou d'un prurit, l'ictère est inconstant. L'hépatite est soit de type mixte soit à prédominance cholestatique. L'évolution a été, dans tous les cas, favorable à l'arrêt (définitif) du médicament. Le mécanisme est discuté (immunoallergique et/ou toxique).
      - Concours Med 1982;104:5733-5734.
      Un cas associant pancréatite aiguë et hépatite mixte, après trois semaines de traitement :
      - J Clin Gastroenterol 1994;18:168-169.
      Deux cas après 9 et 10 jours de traitement chez des sujets jeunes :
      - Hepatogastroenterology 1996;43:1015-1019.

    16. HEPATITE CHOLESTATIQUE (CERTAIN TRES RARE)
      Cinq cas :
      - Presse Med 1980;9:3689-3692.

    17. HEPATITE CYTOLYTIQUE (CERTAIN RARE)
      Un cas, après prise d'un seul comprimé :
      - Gastroenterol Clin Biol 1992;16:268.

    18. PANCREATITE AIGUE (CERTAIN TRES RARE)
      Un cas associant pancréatite aiguë et hépatite mixte, après trois semaines de traitement :
      - J Clin Gastroenterol 1994;18:168-169.

    19. EXCITATION PSYCHOMOTRICE (CERTAIN TRES RARE)

    20. NERVOSITE (CERTAIN TRES RARE)

    21. IRRITABILITE (CERTAIN TRES RARE)

    22. INSOMNIE (CERTAIN TRES RARE)

    23. RAPTUS SUICIDAIRE (CERTAIN TRES RARE)
      Condition(s) Favorisante(s) :
      DEBUT DE TRAITEMENT

      Par levée de l'inhibition psychomotrice. Nécessite une surveillance accrue en début de traitement.

    24. CHOC ANAPHYLACTIQUE (A CONFIRMER )
      Premier cas décrit :
      - Rev Med Interne 1989;10:461-462.

    25. SYNDROME DE SEVRAGE (CERTAIN FREQUENT)

    Effets sur la descendance

    1. NON TERATOGENE CHEZ L'ANIMAL

    2. INFORMATION MANQUANTE DANS L'ESPECE HUMAINE

    Pharmaco-Dépendance

    1. RISQUE MAJEUR
      - Pescrire 1990;10:199.
      - Thérapie 1990;45:51.

    Précautions d'emploi

    1. ANESTHESIE GENERALE
      Arrêter de préférence le médicament 24 à 48 heures avant l'anesthésie.

    2. GROSSESSE(TROIS PREMIERS MOIS)

    3. ALLAITEMENT

    4. SPORTIFS
      Substance interdite :
      - Journal Officiel du 7 Mars 2000.

    Contre-Indications

    1. CHOREE

    2. ASSOCIATION AUX IMAO

    3. ENFANT DE MOINS DE 1 AN

    4. HYPERSENSIBILITE
      Hypersensibilité connue à l'amineptine, en particulier antécédents d'hépatite après prise du produit.

    Voies d'administration

    - 1 - ORALE

    Posologie et mode d'administration

    Dose usuelle par voie orale chez l'adulte:
    Cent à deux cents milligrammes par jour en une ou plusieurs prises.
    Eviter la prise vespérale en raison du risque d'insomnie.

    Pharmaco-Cinétique

    - 1 - ELIMINATION REIN

    Absorption
    Taux plasmatique maxima 1 à 2 heures après administration de 150 mg per os.
    Demi-Vie
    5 à 8 heures.
    Elimination
    Rein.
    Elimination rapide: les deux tiers de la dose administrée sont éliminés en 8 heures.

    Bibliographie

    - Europ J Drug Metabolism and Pharmacokinet 1981;6:123-126.
    - CNS Drugs 2000;13:35-45.

    Spécialités

    Principe actif présent en constituant unique dans les spécialités françaises suivantes :

    • SURVECTOR 100 mg comprimés (arrêt de commercialisation)>

    Principe actif présent en constituant unique dans les spécialités étrangères suivantes :

    • MANEON (ITALIE)
    • SURVECTOR (ESPAGNE)
    • SURVECTOR (ITALIE)
    • SURVECTOR (PHILIPPINES)



    amineptine.com
    HOME
    Sources
    Amineptine: refs
    Amineptine: structure
    Amineptine : synthesis
    Search amineptine.com
    Amineptine manufacture
    Federal Register Feb 2003
    Survector - product information